CONSEILS

Quelques règles de conduite (littéralement) pour prendre la route aux Etats-Unis

9 février 2016
Conduire aux Etats-Unis

Après avoir lu mon article sur le choix du moyen de transport, vous avez peut-être finalement opté pour la location d’un van ou d’une voiture (et j’approuve !). Il est temps à présent de prendre le volant de votre petit bolide, voici donc mes petits conseils en ce qui concerne la conduite durant votre road trip dans l’Ouest américain.

Bon, si vous avez eu votre permis, on considérera que vous savez conduire (quoi que ce n’est pas toujours le cas… mais cela ne fait pas l’objet de cet article haha). Le code de la route est très semblable à celui que nous avons en France, ou en Europe en général. Les panneaux auront peut-être une couleur différente mais globalement vous ne serez pas perdus face à la signalisation – d’autant plus que la maitrise de l’anglais n’est même pas nécessaire pour s’y retrouver. Par ailleurs, la conduite y est plutôt facile : vous aurez surement un véhicule avec une boite automatique, les voies sont bien plus larges qu’en Europe et vous pourrez emprunter des routes rectilignes qui ne demandent pas une dextérité particulière au volant. Je vais simplement rapidement vous présenter les points sur lesquels il faut être vigilant, ou plutôt ceux auxquels il faut s’habituer en arrivant !

Conduire aux Etats-Unis

» Les limitations de vitesse

Pas de surprise, toutes les routes ont une vitesse maximale limitée (non, nous ne sommes malheureusement pas sur une autoroute allemande). Mais attention, le système métrique n’étant pas le même, les panneaux indiquent les limitations en miles par heure (miles per hour ou mph en anglais) ! Pas de panique, il n’y aura aucune conversion à faire puisque votre compteur est en miles (vous aurez d’ailleurs l’équivalence en km/h sur le tableau de bord également). Les limitations varient d’une route et d’un état à l’autre. Mais pour vous donner une idée, la plupart des autoroutes sont limitées à 65 mph (soit environ 100 km/h). En ville c’est très varié, et les parcs nationaux sont limités à 30 mph (soit environ 50 km/h). Sur l’autoroute les contrôles semblent peu fréquents, et on s’étonne d’ailleurs souvent d’être les seuls à rouler aux limitations. Je pense qu’il faut être plus vigilant aux excès de vitesse en ville et aux alentours de celles-ci (d’autant plus que la circulation y est plus dense), ainsi que dans les parcs nationaux (car les rangers sont nombreux et circulent dans les parcs à longueur de journée). Sur les longs trajets, le régulateur de vitesse (ou cruise control en anglais) sera votre allié ; attention tout de même à rester concentré !

Conduire aux Etats-Unis

» Les feux tricolores

Je pense que ce qui m’a le plus perturbé au début (outre la boite automatique que je n’avais jamais utilisée), ce sont les feux. Déjà, il faut savoir que les feux se situent à l’opposé du carrefour, et non à l’entrée. A votre arrivée sur un croisement, il faut donc être attentif au feu en face de vous mais de l’autre côté de la chaussée. Si le feu passe au rouge, il faut donc vous arrêter avant le passage piéton, et non au pied du feu (ce qui serait être en plein milieu du carrefour). On s’habitue rapidement mais c’est un peu déroutant au tout début. Autre règle qui diffère de nos habitudes : à moins qu’un panneau ne vous indique le contraire (no right turn on red en anglais), vous pouvez tourner à droite même si le feu est rouge si cela ne gêne pas la circulation (si il n’y a pas de voiture quoi). Ce n’est pas obligatoire mais autorisé si jamais cette situation se présentait.

» S’engager dans un carrefour

Pour les croisements sur lesquels vous n’avez pas de feu, le procédé est un peu différent de la traditionnelle priorité à droite typiquement française. Que l’intersection comporte un stop, un cédez le passage (yield en anglais) ou aucune signalisation, c’est le premier arrivé qui passe en priorité lorsque vous vous retrouvez à plusieurs voitures. Bon, en gros, cela veut simplement dire qu’il faut être vigilant aux véhicules qui s’engagent dans le carrefour. Au fur et à mesure, vous apprendrez à moins hésiter et savoir quand c’est votre tour !

Conduire aux Etats-Unis autoroute

» Rouler sur l’autoroute

Sur l’autoroute, la conduite est vraiment très simple car les voies sont larges et les routes plutôt rectilignes, parfois à perte de vue. Comme je vous l’expliquais, les Américains ne respectent pas nécessairement les limitations, notamment sur les autoroutes un peu perdues (dans la Vallée de la Mort par exemple), il convient donc de se rabattre et de rouler à droite. Oui, parce que le dépassement par la droite est autorisé ! Bien que peu pratiquement, si vous ne voulez pas vous faire surprendre par un véhicule qui vous double par la droite, rabattez-vous dès que possible (et regardez bien vos rétros avant de le faire).

Par ailleurs, il existe sur l’autoroute des voies réservées un peu particulière. En effet, les Américains se déplaçant souvent seul dans leur voiture, le gouvernement et les différents états ont introduit des voies réservées au covoiturage. Késako ? Il s’agit en général de la voie de gauche, qui sera ponctuée de panneaux indiquant HOV lane (high-occupancy vehicule lane) ou carpool lane et de signalisation au sol affichant un losange blanc. Selon les horaires indiqués, ces voies seront réservées aux voitures qui transportent plus de 2 ou 3 personnes. Cela permet in fine de fluidifier le trafic pour les personnes qui font l’effort de ne prendre qu’une voiture à plusieurs (cela vous concernera surement) aux heures de pointe. En dehors des heures affichées, la voie peut être utilisée par tout le  monde. Pour connaitre les modalités exactes (nombre de personnes, horaires), référez-vous à la signalisation qui est très explicite.

» La signalisation

Comme je vous l’expliquais plus haut, la signalisation n’est pas compliquée à comprendre et vous retrouverez la majorité des indications que l’on trouve en Europe et les directions sont facile à trouver puis à suivre. Je voulais simplement mettre en avant 2 panneaux qui n’existent pas ou peu chez nous :

Présence d’animaux : Alors oui, bien sûr que ces panneaux existent en Europe mais les animaux ne sont simplement pas les mêmes ! Essayez d’en trouver le plus possible, mais surtout faites bien attention aux animaux sauvages qui traversent les routes. C’est plus fréquent que l’on ne croit : j’ai moi-même manqué de peu de foncer dans un cheval près de Monument Valley, grosse frayeur pour toutes les 3. Dans les parcs nationaux, la faune se balade également en totale liberté, vous n’êtes pas à l’abri de vous retrouver nez à nez avec un bison ou un ours (les photos arriveront… !). Les panneaux annonçant un danger de tsunami ou d’ouragan sont également fréquents, finalement c’est un peu dangereux ces vacances sur la côte Ouest !

Conduire aux Etats-Unis

Adopt a highway : Certaines routes sont ponctuées de panneaux « Adopt a highway » avec le logo d’une entreprise ou la mention de noms de particuliers. En effet, ces tronçons (en général 1 ou 2 miles) peuvent être « adoptés » en échange d’une contribution financière qui sert à maintenir en état la route et à nettoyer ses abords. A titre personnel vous pouvez soit vous engager bénévolement à vous rendre régulièrement sur place pour nettoyer les alentours, soit faire intervenir une entreprise (Adopt a Highway Maintenance Corporation). Pourquoi ne pas avoir votre propre signe le long d’une de ces routes ?

» La police

Heureusement, nous ne nous sommes jamais fait arrêtés par la police durant notre road trip dans l’Ouest américain. Je ne vous apprends rien si je vous dis que si une voiture de police vous fait signe de votre arrêter sur le bord de la route, toutes sirènes activées, et bien… Il faut obéir ! Vous devez toujours être en possession de votre permis (local ou international) et d’une pièce d’identité, ainsi que des papiers de la voiture (agence de location). La petite règle à suivre est surtout de ne pas sortir de la voiture avant que le policier vienne vous voir. Baissez simplement la fenêtre, mains sur le volant, pour savoir de quoi il en retourne ; puis suivez les instructions. Bon, je vous dis cela en espérant que cela ne vous arrive pas bien sûr ! Par ailleurs sachez qu’il est interdit d’avoir de l’alcool dans l’habitacle de la voiture, encore moins ouvert ou du côté conducteur. Vous n’avez pas le droit de boire en voiture (pour le conducteur cela va de soi, mais ça concerne aussi les passagers). Si vous faites des courses, stockez l’alcool dans le coffre en cas de contrôle.

» Se garer

Il n’y a pas vraiment de règle particulière concernant le stationnement, si ce n’est qu’il faut vraiment éviter de se garer en dehors des emplacements délimités sous peine de contravention. Sinon, suivez bien les indications des panneaux et des parcmètres ; chaque endroit à ses propres règles en termes d’horaires, de prix, etc. Se garer en ville peut rapidement devenir un cauchemar parce que les places sont chères (dans tous les sens du terme). Je vous recommande donc de vous renseigner au préalable pour vous organiser. Par exemple à San Francisco nous avions stationné à l’écart du centre-ville puis avons pris le métro pour rejoindre les endroits que nous voulions visiter. Rapide et efficace, on s’en sort bien mieux au niveau du tarif aussi. C’est apparemment également interdit en France (visiblement les cours de code n’étaient plus très frais dans ma tête), il ne faut pas se garer face au sens de circulation. Il est donc interdit de se garer sur le côté gauche de la route à moins de simplement faire demi-tour… (Nous avons eu une belle amende gentiment majorée par l’agence de location pour cela au Canada, je vous parle d’expérience haha)

Et bien voilà, on arrive au bout des 2-3 choses à savoir pour partir tranquillement ! Je vous souhaite de faire bonne route 🙂

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply